loader


Suzanne Habert

Type : personne

Identifiant BVH : bvhbibfr_02292

Référentiels

bvhbibfr_02292

Résultats

La Croix du Maine

1 notice principale (nom en vedette) [ réduire ]

noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 461]
SVSANNE HABERT Parisienne, femme de Monsieur du Jardin, Valet
de Chambre du Roy Henry 3. & soeur de Isaac Habert (duquel nous
avons parlé cy dessus) tous deux enfans de Pierre Habert natif d'Yssou-
dun en Berry, &c.

Cette dame du Jardin, a gaingné tant d'honneur & de reputation
envers tous ceux qui ont un esprit capable de pouvoir juger de la gentil-
lesse de son esprit, & de son esmerveillable & tout divin entendement, &
encores pour les perfections corporelles, que nature luy a prodiguement
departies, qu'elle a emporté le pris par sur toutes celles de sa qualité, qui
ont jamais eu reputation pour la beauté du corps & de l'esprit tout en-
semble. Mais j'ay crainte que l'on n'aye opinion, que la trop grande amitié
me transporte à parler ainsi: toutesfois je diray bien celà que je n'ay on-
ques eu ce bien de la voir ou cognoistre que par renommee de sa vertu:
Enquoy je ne peux faire autrement que de l'estimer des plus parfaites
& accomplies, puisque je n'ay encores trouvé aucun qui m'en aye fait
rapport qu'à sa loüange, soit de son esprit candide, ou bien de ses autres
actions & deportemens: Et certes, c'est bien estre parfaite en effect, &
non par Idee ou imagination, puisque ceux du siecle où nous sommes
ne trouvent point à redire en icelle, & quand ils le voudroient faire, il
faudroit que pour dire ainsi, ils usassent de propos tous contraires à ce
qu'ils cognoissent en leur ame estre veritable & non mensonger. Mais
pour revenir à parler de laditte dame du Jardin, & pour mettre fin à
une si longue periode, (laquelle ne m'est causee d'aucune passion, mais
pour la merveille de tant de perfections qui sont en elle plus qu'és au-
tres de nostre siecle) je diray que plusieurs amateurs de vertu, m'ont as-
seuré qu'elle a ce don de bien parler, & d'escrire, si familier, qu'elle en passe
beaucoup en celà, de ceux qui s'estiment des premiers, sans faire mention
de la Philosophie & des Mathematiques esquelles elle est forbien in-
struite & grandement versee. Je n'ay encores rien veu imprimé de ses
escrits & compositions, mais quand il luy plaira de les mettre en lumie-
re, elle monstrera que les hommes se sont jusques icy vantez de surpasser
les femmes en inventions de plusieurs beaux escrits, & toutesfois le ju-
gement en sera delaissé à juger à la posterité, qui n'aura esgard aux per-
sonnes mais aux effects de la chose.

Elle florist à Paris cette annee 1584.

3 notices secondaires (nom cité) [ développer ]