loader


Jean Paul Zangmaistre

Type : personne

Identifiant BVH : bvhbibfr_01968

bvhbibfr_01968

Résultats

La Croix du Maine

1 notice principale (nom en vedette) [ réduire ]

noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 255]
JEAN PAVL ZANGMAISTRE, gentilhomme natif d'Ausbourg en
Allemagne, disciple de M. Laurent Joubert docteur en medecine &
regent à Montpellier, qui est un nom supposé dudit Alleman &c.

Faut noter icy que ledit Jean Paul Zangmaistre n'a point traduit de La-
tin en François le deuxiesme &troisiesme livres du Ris, sur le Latin
dudit Joubert, car ledit sieur ne l'a point escrit autrement qu'en nostre
langue vulgaire.

Et pour esclarcir davantage ce propos, je veux bien advertir ceux qui
liront cecy, que ledit sieur Joubert n'a onques escrit son traicté du Ris
qu'en langue Françoise, comme nous verrons par les lettres envoyees à un
sien parent & amy M. Jean Marquis de Condrieu au diocese de Vien-
ne
, medecin à Paris &c. duquel nous avons parlé cy devant. Voi-cy
donques l'extraict de quelques articles contenus és lettres envoyees
audit sieur Marquis, faisant sa demeure à Paris au college du Cardinal
Bertrand Evesque d'Authun, duquel il est principal.

Quant à mon livre du Ris, sachez qu'il n'a jamais esté en autre lan-
gue que Françoise. Et ce que je mets traduit de Latin en François par
un Allemand, c'est une fiction, car je vous asseure de ne l'avoir pas fait
en Latin, &c.

Et en autres lettres il met ce qui s'ensuit.

Touchant le traicté du Ris, j'aimerois sans comparaison plus vostre
traduction, que d'homme que j'aye encores cogneu.

Je ne fay mention de plusieurs autres propos, esquels il louë infini-
ment ledit sieur Marquis, par ses lettres escrites de sa main és annees
1581. & 1582. Et ce qui m'a occasionné de reciter cecy assez amplement,
ç'a esté pour l'opinion que pourroyent avoir quelques-uns, que ledit
livre eust esté fait Latin par iceluy Joubert, & mis depuis en François
par cet Alleman, qui sont choses inventees pour quelques causes par-
ticulieres.

J'ay opinion que cetui-cy, Monsieur Marquis, s'aquitera de la pro-
messe qu'il en fist audit sieur Joubert son parent, comme il le peult ai-
sément faire, pour estre bien versé en sa profession, & pour avoir la lan-
gue Latine for à commandement. Ce que je peux tesmoigner pour
l'experience que j'en ay. Ledit sieur Joubert mourut l'an 1582.en Octo-
bre, comme nous dirons en son lieu.

1 notice secondaire (nom cité) [ développer ]