loader


IVLIEN DE BAIF

Type : notice

Source : La Croix du Maine

Identifiant BVH : lcdm-not_2148

lcdm-not_2148
noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 494]
IVLIEN DE BAIF, gentilhomme du Maine, Prothenotaire du S. siege
Apostoliq, Chanoine en l'Eglise du Mans, seigneur d'Espineu le Che-
ureul au Maine, parent de Lazare de Baïf sieur des Pins en Anjou (duquel
nous avons fait mention cy dessus, comme aussi nous avons parlé de
son fils Jean Antoine de Baïf, &c.)

Ledit Julien de Baïf estoit homme docte, & de grand jugement, je ne
sçay si c'est celuy, duquel il se voit un discours de son voyage en Hieru-
salem: car cettuy-cy chanta sa premiere Messe au sainct Sepulchre du-
dit lieu: mais pource qu'ils ont esté cinq freres de ce nom de Baïf, qui
ont voyagé en Hierusalem, je ne peux asseurer si ç'a esté cettuy cy, qui
a composé ledit voyage. Et faut encores noter icy une chose tresadmi-
rable, & bien digne de remarque, c'est qu'il y a eu cinq freres de cette
maison de Baïf, lesquels se trouverent en Hierusalem, sans que pas un
d'eux eust donné advertissement de partir pour y aller, & tous s'achemi-
nerent sans le sçeu l'un de l'autre. J'ay entendu qu'il y avoit en l'Abbaye
de S. Calais & autres lieux un tableau faisant mention de cette histoi-
re, mais elle ne s'y voit plus, à cause que les troubles & seditions adve-
nues pour la religion ont causé ces ruptures & brisemens d'Eglises, &
par consequent ce qui estoit de beau & de memorable en icelles.

Or pour revenir au propos dudit sieur d'Espineu, Julien de Baïf, je
n'ay point cognoissance d'autres de ses escrits, toutesfois j'ay opinion
que ce voyage de Hierusalem aye esté composé par iceluy.

Il se voit escrit à la main chez monseigneur de Malicorne, messire
Jean de Chourses son parent en sa terre de Mengé au Maine, & au-


[page 495]
tres lieux & seigneuries qu'il possede. J'ay aussi entendu que Madame
Catherine de Chourses, Abbesse du Pré pres la ville du Mans (soeur du-
dit sieur de Malicorne) a la copie dudit voyage, lequel elle fera mettre
en lumiere quand il luy plaira. Il florissoit en l'an de salut 1519.