loader


PIERRE GOUESLIER

Type : notice

Source : La Croix du Maine

Identifiant BVH : lcdm-not_1780

lcdm-not_1780
noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 399]
B. L. PIERRE GOUESLIER, sieur de la Goueslerie au Maine, duquel lieu
il est natif &c. Enquesteur du Roy au siege presidial & Seneschaussee
du Maine.

Il a escrit un Epithalame ou chant nuptial, sur le mariage de Messire
Jean de Choursses Chevalier des deux ordres du Roy, seigneur de Ma-
licorne &c. & de Madame Françoise de Daillon, soeur de Monsieur le
Conte de Lude en ♦Anjon &c.

ce livre n'est encores imprimé, il contient environ de 600. vers
François. Il le presenta luy-mesme audit sieur de Malicorne l'an 1578.

Il a davantage escrit plusieurs autres Epithalames, ensemble plu-
sieurs chants lyriques, & autres sortes de poëmes François, desquels
il y en a plusieurs imprimez au Mans par Hierosme Olivier l'an 1575.
& 1576. &c.

Plusieurs Epitaphes Latins & François, tant en prose qu'en vers, sur
la mort de Marguerite Hervé, fille de Monsieur du Panon, l'une des plus
belles, sages, vertueuses & accomplies filles de tout son siecle.

Ils ne sont encores imprimez.

Il a traduit quelques Eglogues de Baptiste Mantuan, non encores
imprimees.

Il florist au Mans cette annee 1584.

Il a composé plusieurs autres oeuvres en François, tant en vers qu'en
prose, lesquels il poursuit apres avoir donné relasche à ses plus serieu-
ses estudes, & vaqué à sa principale profession.

Je ne dy rien icy du plaisir qu'il prent à la musique, tant vocale
que instrumentale, & combien il s'en sçait heureusement aquiter,

[page 400]
qui est un exercice aymé & chery de toutes personnes d'esprit & d'en-
tendement, & sur tout bien venu & caressé entre les hommes d'estu-
de. Si je ne craignois que l'amitié qu'il me porte si grande, & celle
que je luy ay pareille, ou plus grande encor, ne fust cogneuë telle-
ment de tous ses amis & les miens, que lon ne pourroit icy voir ses
loüanges sans soubçon de flaterie, j'en parlerois davantage, mais celà
m'en empesche.