loader


LOVIS D'AMBOISE

Type : notice

Source : La Croix du Maine

Identifiant BVH : lcdm-not_1389

lcdm-not_1389
noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 290]
LOVIS D'AMBOISE, seigneur de Bussy, Marquis de Reinnel, capitaine
de cinquante hommes d'armes des Ordonnances du Roy, gouverneur
& Lieutenant general au pays & Duché d'Aniou, premier gentilhom-
me de la chambre de Monsieur, frere du Roy, & Colonel general de
l'infanterie Françoise de son Altesse, &c.

Ce seigneur de Bussy-d'Amboise, estoit issu de la tres-noble, tres-an-
cienne & Royale maison d'Amboise en Touraine, de laquelle Mes-
sieurs les Contes d'Aubigeous en Albigeois sont pour le jourd'huy
chefs du nom & des armes, comme nous dirons au Catalogue general
des maisons nobles de France, lequel nous esperons mettre bien tost
en lumiere.

Pour revenir à parler de Louis d'Amboise, j'oseray asseurer qu'il
estoit l'un des plus vaillants & adextres gentils-homme aux lettres &
aux armes, que la France ait point encores veu de nostre temps, de-
quoy il a fait assez preuve durant sa vie, & l'eust encores plus monstré,
s'il eust vescu plus longuement: mais une mort violente l'en a empesché.
Il aimoit & caressoit sur tout les hommes de lettres, & c'est ce qui me
le fait tant respecter & en parler si amplement: car s'il n'eust esté que
guerrier, j'eusse reservé celà à discourir amplement és vies des plus vail-
lants hommes en guerre, natifs de la France, & des Gaules.

Et pour monstrer qu'il avoit grande cognoissance des bonnes let-
tres, & qu'il n'estoit pas seulement grand Orateur & treseloquent gen-
tilhomme, nous avons encores de luy plusieurs beaux vers & Poësies
Françoises de sa façon, & entre autres ces belles Stances, qui estoient
comme un presage de sa mort. Car en icelles il semble discourir tout le
malheur qui depuis luy est advenu: elles ne sont encores en lumiere
non plus que ses autres oeuvres.

Il fut tué sur les terres de Monsieur le Conte de Montsoreau en
Anjou le Mercredy 19. jour d'Aoust l'an 1579. agé de vingt-huict ou
vingtneuf ans.

Il estoit l'un des plus favoriz de son maistre, pour les bonnes parties
qui estoient en luy, & sur tout pour sa valeur & les lettres.

Il a esté fait plusieurs Epitaphes sur sa mort, composez par les
plus sçavants hommes de ce siecle, desquels il y en a plusieurs impri-
mez, les autres qui sont en Grec, Latin, François & autres langues, le
seront peut estre une autre autre fois. Iean le Frere & autres font men-
tion de luy en leurs histoires, les uns le loüent, les autres le blasment,

[page 291]
chacun en escrit selon son affection particuliere. Aucuns disent qu'il
estoit gentil-homme natif de Champagne, les autres du Duché de
Bar, & les autres Tourengeau. Je ne sçay au vray le lieu de sa nais-
sance.