loader


JEAN DE LAVARDIN

Type : notice

Source : La Croix du Maine

Identifiant BVH : lcdm-not_1168

lcdm-not_1168
noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 236]
B. L. JEAN DE LAVARDIN gentilhomme Vandomois, Abbé de l'Estoil-
le & maistre de l'Hostel Dieu de Vendosme, frere aisné de Jaques de
Lavardin sieur du Plessis, &c. (duquel nous avons parlé cy dessus) tous
deux issuz de la noble & ancienne maison de Ranay pres Lavardin &
Montoire en Vandosmois.

Il a traduit plusieurs livres Grecs & Latins, en nostre langue Fran-
çoise, desquels s'ensuivent les tiltres.

La Confession de foy escrite par le CardinalHosius Polonnois, im-
primee à Paris chez Claude Fremy l'an 1566.

Dialogues touchant le saint Sacrifice de la Messe, imprimez à Paris.

Traité de l'amour que nous devons avoir envers les povres, escrit en
Grec, par Gregoire Nazianzene.

Apologie de l'office des Prelats escrit par ledit Nazianzene.

Abregé de la guerre des Juifs.

Les dix livres de l'Eucharistie traduits en François, sur le Latin de
Claude de Saintes, Evesque d'Eureux, &c.

Traicté du jugement & praevoyance de Dieu escrit par S. Saluian,
Evesque de Marseille.

Les livres du Cardinal Hosius contre Brence.

Les livres de la majesté de Dieu, traduits par luy en François, sur le
Latin de Marc Anthoine Natta.

Les livres & leçons touchant les Sacremens, dictees par Monsieur
Maldonat Espagnol (le plus docte de tous les Jesuistes, & recogneu
pour tel de son temps) &c. la plus grande partie des traductions susdi-
tes ne sont encores en lumiere, j'ay opinion toutesfois qu'il les fera bien
tost imprimer, pour le desir qu'il a de proffiter au public, & pour l'avan-

[page 237]
cement de la religion Chrestienne.

Le retour d'un gentilhomme à l'Eglise Catholique, imprimé à Pa-
ris chez Robert le Fizelier l'an 1582. Je ne dy point pour qui a esté fait
ce livre, ne sçachant si celuy qui en est le subject, le trouveroit bon.

Ledit sieur Abbé de l'Estoille florist cette annee 1584. en son pays de
Vandomois, auquel lieu il fait sa demeure ordinaire.