loader


HENRY ESTIENNE

Type : notice

Source : La Croix du Maine

Identifiant BVH : lcdm-not_0844

lcdm-not_0844
noms de personnesbibliographietexte brut
originalrégularisé

[La Croix du Maine, page 162]
B. L. HENRY ESTIENNE Parisien, fils de Robert Estienne, & nepveu
de Charles Estienne (duquel nous avons parlé cy devant.) Ces trois ont
aquis si grande reputation, & se sont tellement fait conoistre, tant par les
doctes oeuvres de leur invention, que par les anciens autheurs, soyent
Poëtes ou Orateurs, Grecs & Latins) qu'ils ont non seulement impri-
mez, corrects, & de for beaux caracteres, mais encores avec conferen-
ce de tous les Exemplaires main-escrits, ou manuscripts, qu'ils on peu
recouvrer en diverses Bibliotheques) qu'ils ont emporté le pris par
sur tous autres, tant du siecle passé, que de nostre temps.

[page 163]
Et pour dire encores un mot de cetuy-cy nommé Henry, je ne
craindray point d'asseurer qu'il est en reputation d'estre l'un des plus sça-
vans hommes en Grec de nostre temps, & des mieux versez en la co-
gnoissance de nostre langue Françoise, en laquelle il a escrit plusieurs li-
ures: dont aucuns apartiennent à l'illustration de cete langue, les autres
sont sur divers subjects, tant en prose qu'en vers, desquels s'ensuyvent
les titres.

OEVVRES EN PROSE.

Traicté de la conformité du langage François avec le Grec.

En ce livre il est monstré (entre autres choses) comment le naturel du Grec se con-
forme & accorde mieux à celuy du François, qu'à celuy du Latin.

Au bout sont quelques mots François, etymologisez du Grec, mais l'Autheur
dit ailleurs touchant ce recueil, qu'il s'en acquitta de-leger; pource qu'il ne le
donnoit que comme un succrest de l'autre livre: & le promet beaucoup plus
ample: en rejettant toutes fois plusieurs etymologies, lesquelles il monstrera
estre, les unes, contraintes & forcees: les autres, sorties de l'ignorance de la
langue Grecque: imprimee premierement par l'autheur l'an 1567. & depuis
par son frere l'an 1568. à Paris.

L'introduction au traité De la conformité des merveilles anciennes
avecles modernes, ou Traité preparatif à l'Apologie d'Herodote.

L'Autheur se plaind ailleurs, tant de ceux qui depuis la premiere impression
ont brouillé ce livre, par les choses qu'ils y ont inserees: qu'aussi de ceux qui li-
sent là, les histoires choisies par luy, pour servir de tesmoignage à son propos,
sans les rapporter à leur but, qui est l'Apologie ou defense d'Herodote.

Les plus notables & plus anciennes histoires entre les Grecques &
Latines, recueillies & traduites par luy.

Comment chacun peut acquerir de la prudence par la lecture des
histoires.

Haranges prinses des plus anciens historiens: traduites par luy au
plus pres du Grec, & sans changer, adjouster, ou diminuer, comme il a
esté fait és preced entes traductions.

Deux oraisons d'Isocrate, traduites par luy.

Quatre oraisons de Dion (surnommé Chrysostome, à cause de son
eloquence: c'est à dire, Bouche-d'or) de sa traduction.

Trois traitez de Plutarque, traduits par luy.

Deux Oraisons de Synesius: dont l'une est, De la Royauté, ou gou-
vernement d'un Royaume, de sa traduction.

[page 164]
Advertissement aux Princes touchant les flatteurs.

Discours sur l'opinion de Platon & Xenophon (disciples de Socra-
tes) touchant la capacité de l'esprit feminin.

Des anciens guerriers de la Gaule, & de leurs successeurs.

De la preeminence de la couronne de France.

Epistres Laconiques (c'est à dire, ayans une gentile brefveté) de plu-
sieurs Grecs. Ensemble les epistres de Brutus, avec les responses, recueil-
lies & traduites par luy.

De la brefveté qu'admet le langage François, non moins que le
Grec, ou le Latin, avec un advertissement de plusieurs superfluitez de
langage (appellees Pleonasmes) qui nous sont ordinaires.

Traité touchant les dialectes François, monstrant que nostre lan-
gage en est enrychi, comme le Grec par les siens: & qu'aussi la diversité
est semblable en quelques choses.

Oraison monstrant qu'il ne faut croire aisément aux accusateurs,
traduite de Lucian, ou plustost de celuy auquel on a donné ce nom.

En l'epistre mise devant sa traduction, il rend raison pour laquelle il n'esti-
me point ce livre estre de Lucian: & pourquoy il a interpreté ainsi le tiltre, &
non pas, de ne croire aisément à calomnie. Il advertit aussi de plusieurs autres
fautes notables commises par les precedents traducteurs.

Plusieurs dialogues de Lucian, traduits par luy.

Observations de quelques secrets du langage François. Ensemble
les expositions d'aucuns mots empruntez du Grec, ou du Latin, dont
la naifve & vraye signification est ignoree de plusieurs.

De la difference de nostre langage François d'avec l'ancien.

Dialogue intitulé, Le correcteur du mauvais langage François. C'est
à dire des fautes que plusieurs y commettent.

De l'orthographie & Kakographie Françoise.

Deux dialogues, du nouveau langage François Italianizé, & autre-
ment desguisé, principalement entre les Courtisans de ce temps, impri-
mé par l'autheur, l'an 1578. & depuis par un autre à Lyon.

Traité des proverbes François.

Project du livre intitulé, De la precellence du langage François, de-
dié au Roy, imprimé à Paris par Mamert Patisson, l'an 1579.

Plusieurs advertissemens touchant les traductions du Grec ou Latin
en François.

OEVVRES DVDIT HENRY ESTIENNE
en poësie Françoise.

Epistre au Roy touchant l'enrichissement du langage François par

[page 165]
le moyen du Grec: pour luy estre presentee avec le Thesor de la lan-
gue Grecque, composé par ledit Estienne.

Epigrammes sur divers subjects.

Plusieurs epigrammes Grecs traduits par luy.

Poësies Grecques & Latines, de divers, traduites par luy.

Plusieurs sentences des Poëtes Grecs & Latins, de sa traduction.

Conseils & enseignemens, concernans la Philosophie morale.

Autres enseignemens, par similitudes, ou comparaisons.

Deploration de la mort de tres-vertueuse Damoiselle Barbe de Vil-
lay.

Les Adieux & Contradieux à une damoiselle.

Poëme contre la calomnie, & les calomniateurs, dedié au Roy.

Poëme contre le Babil, & les babillards.

Poëme contre l'Hypocrisie, & les hypocrites.

Poëme contre la flatterie, & les flatteurs.

Poëme contre l'ingratitude, & les ingrats.

Poëme contre l'Avarice, & les avaricieux.

Poëme contre l'Orgueil, & les orgueilleux.

Poëme contre l'Jurongnerie, & les yvrongnes.

Poëme sur la louange de la Povreté contente.

Poëme de la loüange des lettres, & des hommes lettrez.

Poëme à la loüange de ceux qui ont joint l'amour & l'estude des
lettres à l'amour & l'exercice des armes.

Poëme contre les ignorans & ennemis des lettres.

Aucuns des livres susdits courent soubs le nom du sieur de Griere,
qui est une sienne Terre.

Il florist à Paris cette annee 1584.